Marie Richeux

Rencontre avec Marie Richeux

Climats de France

20 avril 2018

19h30

Amphithéâtre IUT de Saint-Nazaire — 58 rue Michel Ange — 44600 Saint-Nazaire

Soi­rée avec Marie Richeux pré­sen­tant son der­nier roman Cli­mats de France aux édi­tions Sabine Wes­pie­ser, 2017.

Pré­sen­ta­tion :

Tout com­mence à Alger en 2009, avec l’émotion pro­fonde de Marie au moment où elle découvre « Cli­mat de France », le bâti­ment qu’y construi­sit Fer­nand Pouillon. La pierre de taille, les pers­pec­tives impo­santes, elle les connaît inti­me­ment : elle a gran­di à Meu­don-la-Forêt, dans un ensemble bâti par le même archi­tecte.
Mue par le désir de com­prendre ce qui mys­té­rieu­se­ment relie les deux lieux, elle plonge dans leur pas­sé, et dans celui de leurs habi­tants. Plu­sieurs récits s’entrelacent, comme autant de frag­ments d’une his­toire dont elle traque le motif entre l’Algérie et la France : l’arrivée de Fer­nand Pouillon à Alger en mai 1953, invi­té à construire mille loge­ments pour la fin de l’année par le maire récem­ment élu ; le sou­ve­nir d’une nuit de 1997 à Meu­don-la-Forêt, quand Marie, treize ans, ne par­vient pas à s’endormir à cause des chants de deuil réson­nant dans la cage d’escalier ; les confi­dences de son voi­sin Malek, que ses parents, sen­tant le vent tour­ner à Oran, ont envoyé en France en 1956 et qui, deve­nu chauf­feur de taxi, semble avoir échap­pé à la guerre dont la vio­lence se déployait pour­tant dans les rues de Paris.
Ici, comme en écho à l’émotion fon­da­trice, celle du lec­teur naît de la manière dont l’écrivain laisse s’élever les voix de ces hommes et de ces femmes que l’histoire, par­fois à leur insu, a tra­ver­sés et qui, de part et d’autre de la Médi­ter­ra­née, obs­ti­né­ment et silen­cieu­se­ment ont dérou­lé leur exis­tence.